Voilà le genre de défi que j’aime relever!

En février 2014, je cours mon 18 ème marathon à Miami, avec peu de plaisir car malgré un bon entraînement, les conditions de chaleur et d’humidité m’empêchent de réaliser une course satisfaisante.

Un peu, beaucoup … dégoûtée, je me détourne de la distance et au cours de l’année 2015, je me consacre exclusivement au trail: 2 participations à des épreuves bien difficiles: l’Euskal Raid Gourmand (2×25 kms) et le cross du Mont Blanc.

Du Cross du Mont Blanc, je  ne ramène pas malheureusement qu’une  belle médaille…, je ramène aussi une belle entorse à la cheville.

J’aime le trail, mais le trail ne m’aime pas 😦

Puisque c’est comme ça, une fois guérie de mon entorse je décide de revenir à l’entraînement sur route et de m’inscrire au mois d’avril à mon prochain marathon en novembre.

Ne délaissant pas les pentes pour autant, en parallèle avec des sorties de course à pied sur route au cours desquelles je me sens de plus en plus à l’aise, je  randonne dès que je peux.

Justement, c’est en randonnant en famille par une belle journée d’août que mon parcours du combattant pour mener à bien cette 19ème prépa marathon débute.

Je chute en descendant du Baïgura, et me fais une nouvelle belle entorse (à l’autre cheville qu’en 2015, c’est  ce qu’on appelle l’alternance :)).

Je profite de cette inactivité forcée pour rééquilibrer mon alimentation et perdre quelques kilos , et lorsque je suis apte à ressortir mes runnings pour reprendre à zéro l’entraînement, je me fais un lumbago!

De nouveau dans l’incapacité de courir pendant 2 semaines de plus, je remplace les séances de course par de l’elliptique, et finalement, parviens à rattraper le plan.

J’ai en fait raté les semaines où il n’y avait que 3 séances de prévues pour attaquer tout de suite celles où il y en a 4!

Mon plan comportait 11 semaines, je l’ai abordé à la semaine 4:

semaine 4: 42,290 km

semaine 5: 50,140 km

semaine 6: 50,140 km

Je n’en suis pas à faire des fractionnés, seulement à atteindre une vitesse confortable en endurance qui me permettrait de courir ce 19 ème marathon en moins de 5 heures.

Depuis que j’ai dit Adieu au lumbago, aux kilos de trop

et discipliné  ma cheville  pour qu’elle ne parte plus en vrille ,

ça a l’air en bonne voie,

du moins moi…

j’y crois!

 

Publicités