Pour ceux qui auraient envie de lire mon récit de la première partie (journée du Vendredi 15 mai 2015), ça se passe ici

Récit de la 2ème journée de l’Euskal Trail Gourmand 2015:

Encore un matin pluvieux, je ne suis pas emballée à l’idée de ce qui m’attend… Au vu du classement de la veille, nous restons dans le groupe 3, avec certainement encore de belles glissades en vue.
Nous retrouvons certaines personnes de notre groupe d’hier, tout le monde se salue, et hop nous remontons dans le bus direction Urupel.
L’attente est toujours un peu longue, mais je sais pour avoir étudié le parcours, à quelle sauce on va être mangés, et donc je m’y suis préparée.
Le départ est donné et nous courons à peine 200m et tout de suite le terrain s’incline et je me mets à marcher pour aborder cette première difficulté: une montée de 4 kms.
Dans ma tête, une fois cette première difficulté passée, tout va être plus facile, c’est ce que tout le monde disait hier, et bêtement je l’ai cru. C’est vrai qu’en regardant les classements de l’année précédente, les équipes avaient fait beaucoup mieux.
Mais, ce n’est pas ainsi que je le ressens et ce parcours là peut-être à cause de la fatigue ne me plait pas du tout. Pourtant il ne fait pas froid, et je me dis que j’ai quand même de la chance de pouvoir le courir ce trail car ceux qui ont choisi l’ultra ont été arrêtés eux, par mesure de sécurité.
Quelle déception cela a dû être, mais bon moi ma gourmandise se satisfait grandement du 2×25 km, et mon appétit de côte pour cette 2ème journée est un peu en berne…
Le problème majeur que je rencontre est la descente. J’ai beau essayer de me lâcher comme les autres concurrents qui nous doublent, je me crispe et ai très peur de glisser à cause de mon ennemie déclarée: la boue, et de me blesser sur un caillou, comme je l’ai fait lors de l’entraînement, (vol plané et plaies au genou et coude) .
Je manque de mental, et me demande même si je n’ai pas eu les yeux plus gros que le ventre. Heureusement, je ne suis pas seule dans cette aventure et mon binôme de mari qui me connait un peu… arrive à trouver les mots pour me faire avancer et petit à petit, nous progressons.
il y a des concurrents sympas qui font des va et vient entre nous et leurs amis derrière nous, et ils m’encouragent également. Il y a aussi une équipe de filles basques très sympas qui font leur premier trail, et qui se régalent:) Leur bonne humeur est communicative et quand elles sont là je ne râle pas(trop) , malheureusement on les perd et on ne sait pas si elles sont devant ou derrière.
voilà, j’ai quand même fini ce pour quoi je m’étais durement préparée, et de cela je suis plutôt fière!
Nous terminons 9ème équipe sur 15 dans notre catégorie et 395 sur 445 équipes arrivantes. Au départ, nous étions 530 équipes, je suis quand même un peu fière de nous  :)!

Publicités